Cédric Boisson et Célina Maubert, les fondateurs d’EasyVerif.

La chasse aux start-up est déclarée ! Digital in Med part à la recherche de projets singuliers, de personnes inspirantes et d’entreprises uniques qui osent et qui font bouger les choses.  Aujourd’hui c’est Martine, chargée des relations de presse à EasyVerif qui a accepté de répondre à nos questions pour nous en apprendre un peu plus sur le concept Varois lancé en 2016 et qui fait déjà, parler de lui.

 

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je visais un diplôme universitaire à l’EJCAM Marseille et dans le cadre de ma formation, j‘ai intégré la start-up en tant que stagiaire en relations presse. A l’obtention de mon diplôme en mai 2017, ils m’ont signé un contrat de travail ! Yeah ! Pour la petite histoire, étant devenue malentendante j’avais opté pour une reconversion en presse écrite mais me voilà embarquée dans l’aventure du lancement d’Easyverif. Mon paradoxe : une « sourde dans la communication » !

 

  • Quel est le concept d’EasyVerif, et comment est née cette idée pour le moins originale ? D’une expérience personnelle ?

C’est une plateforme de vérification d’annonces : véhicules, nautismes, immobilier, mais également de locations saisonnièresL’offre d’Easyverif, c’est l’expertise de 700 contrôleurs répartis sur tout le territoire, que nous avons scrupuleusement sélectionnés. Ils sont chargés de vérifier le bien que les clients ont sélectionné. Par conséquent, ces derniers n’ont plus besoin de se déplacer, plus peur des arnaques et plus de problèmes de compétences.

Cédric Boisson et Célina Maubert, les co-fondateurs, après avoir subi quelques escroqueries sur le net et des déplacements inutiles, ont eu l’idée de mandater des professionnels des domaines concernés pour vérifier les annonces. C’est à ce moment là qu’est née l’idée !

 

  • L’ambiance start-up fait rêver les jeunes travailleurs. Comment c’est de travailler chez EasyVerif ?

Ça, c’est ce que les médias démontrent. Une start-up est, par définition, une jeune entreprise et généralement qui se « dépatouille » avec  peu de moyens. Les supers locaux en open-space, avec baby-foot, ps3, yoga et une bande copains qui s’éclatent au boulot… n’est pas souvent factuel et je ne pense pas que ce soit le cas pour la majorité des start-up. La réalité est différente…

Easyverif c’est une gestion quotidienne des charges donc pas de bureaux pour l’instant et vive le télétravail. Ça a ses avantages et ses inconvénients bien sûr. Les principaux intérêts sont la responsabilité et la diversité des tâches, les plannings modulables. La contrepartie c’est majoritairement l’aspect « solitude » et la difficulté de communication . Il est tellement plus facile de toquer sur la porte vitrée du boss, pour aller plus vite, et lui demander par signe « si le dossier est ok pour partir ?» ou encore de jauger de son humeur le jour où on a décidé de demander une augmentation… lol

Je ne sais pas si les jeunes diplômés sont séduits par le principe mais sachez que les fondateurs d’Easyverif ne sortent pas d’écoles de marketing, sont totalement autodidactes, et que la moyenne d’âge, à nous 3, est de 45 ans ! Tout est permis quand on est passionné !

 

  • La crise financière et le développement d’Internet a engendré une multiplication des plateformes collaboratives, où de nombreuses personnes y trouvent une solution alternative à leurs besoins : cours de langue en ligne, échange de services… Que recommanderiez-vous à une personne qui souhaite se lancer aujourd’hui dans l’économie collaborative ?

De choisir de faire autre chose, on est déjà trop nombreux sur le marché ! Non, sérieusement, l’économie collaborative ou l’ubérisation des services est un marché plus que concurrencé. Fatalement, il faut être lucide et perspicace : les success stories ça existe bien sûr mais mieux vaut rester pragmatique. On peut créer une société collaborative, il y a toujours de la place, mais il est plus important de pérenniser une société, de l’asseoir, et surtout ne pas rêver d’un hypothétique jackpot.

 

  • Depuis Claviers, un village typiquement Varois, vous gérez la plateforme avec 700 contrôleurs qui effectuent des vérifications dans toute la France. Comment gérez-vous la distance ? Vous jouez uniquement le rôle d’intermédiaire ou vous prenez également en charge les éventuels problèmes entre les contrôleurs et les particuliers ?

Aujourd’hui on peut travailler de n’importe et le micro village où se situe la start-up est couvert par la 4G . La valeur ajoutée de Célina, en charge de la brigade des contrôleurs, c’est sa disponibilité pour les échanges clients. Elle répond toujours à tous les questionnements avec réactivité. Tout étant connecté, à ce jour, aucun dysfonctionnement n’est à déclarer.

 

  • Le concept semble avoir tout de suite séduit puisque vous avez reçu plus de 3000 candidatures pour faire contrôleur, et réalisé une levée de fonds l’année dernière. Et maintenant, quels sont vos objectifs ? Que peut-on vous souhaiter ?

L’objectif principal est que les internautes assimilent ce nouveau concept. Ce n’est pas une tâche simple car nous intervenons sur l’ensemble du territoire. Les coûts de communication étant particulièrement élevés, il est important de bien définir sa stratégie pour optimiser les retombées. Fort heureusement, la presse avisée est séduite par l’originalité et l’utilité du service et relaye volontiers l’information.

Une fois le concept pérennisé en France, ben tout naturellement, nous attaquerons l’Europe !

 

Et en attendant, nous, on souhaite bonne chance à la petite équipe !

http://digitalinmed.fr/wp-content/uploads/2017/09/IMG_2815-1024x683.jpghttp://digitalinmed.fr/wp-content/uploads/2017/09/IMG_2815-150x150.jpgMarionEntrepreneuriatentrepreneur,entreprise,French Tech,innovation,interview,VarCédric Boisson et Célina Maubert, les fondateurs d'EasyVerif. La chasse aux start-up est déclarée ! Digital in Med part à la recherche de projets singuliers, de personnes inspirantes et d'entreprises uniques qui osent et qui font bouger les choses.  Aujourd'hui c'est Martine, chargée des relations de presse à EasyVerif qui...Le e-magazine communautaire digital et tech de la Méditerranée !